Combien y-a-t-il de classes de marchandises dangereuses ?

Sont qualifiées de marchandises dangereuses, les produits susceptibles de produire des dégâts significatifs pour la santé et la sécurité de l’homme, de ses biens et de l’environnement, comme les produits toxiques, polluants, explosifs… Ces produits peuvent être sous forme de liquide, de solide ou bien de gaz. Ce type de marchandises se transporte régulièrement, parle biais de différents types de moyen de transport, mais aussi par voie routière, voie ferrée, voie maritime, etc. Et comme elles peuvent présenter d’énormes risques, ces substances sont plus agressives et ont une plus forte concentration que celles qui sont utilisées habituellement à la maison, notamment pour le ménage.

 

  • Qu’est-ce qu’un numéro ONU ?

C’est un numéro attribué à chaque matière considérée comme dangereuse. C’est l’ONU qui a mis en place ce système de désignation de substances par un nombre à 4 chiffres. En tout, cette liste compte environ 3000 références. Sur la partie supérieure du panneau orange d’un véhicule, indiquant le danger, se trouve le numéro de la substance, tandis que sur la moitié de la partie inférieure, se trouve le numéro ONU. Et c’est l’existence de ce numéro, propre à chaque matière, qui a rendu possible la classification des marchandises dangereuses.

 

  • Comment sont classées les marchandises dangereuses ?

Les marchandises dangereuses sont réparties en 13 différentes classes selon le type de danger correspondant. Cette classification figure dans le site de la Ministère de la transition écologique.

Classe 1 : Matières explosibles et objets contenant des substances explosives, y compris les matières pyrotechniques. Cela concerne donc toute substance qui pourrait, par une réaction chimique, causer un dégagement de gaz. En effet, sous certaines conditions,  ce dégagement pourrait provoquer des dommages aux environs.

Classe 2 : Celle-ci englobe tout ce qui est produit gazeux sous pression.

Classe 3 : Liquides inflammables, matières liquides avec un point d’éclair de 60 °C maximum et un point de fusion initial inférieur ou égal à 20 °C.

Classe 4.1 : Matières solides inflammables et auto-réactifs.

Il est à préciser que les matières explosibles de la classe 4 sont différentes de celles qui sont dans la classe 1. Étant inflammables, elles peuvent engendrer un incendie.

Classe 4.2 : Matières sujettes à l’inflammation spontanée.

Classe 4.3 : Matières hydro-réactives, qui, en contact avec l’eau, libèrent des gaz inflammables.

Classe 5.1 : Matières comburante, ce sont celles qui ont la capacité de comburer d’autres matières, mais ne sont pas nécessairement combustibles.

Classe 5.2 : Peroxydes organiques, des oxydes contenant une quantité considérable d’oxygène. Cette matière peut réagir avec d’autres et peut être sujette à des décompositions explosives.

Classe 6.1 : Matières toxiques qui – si elles sont absorbées de quelque façon que ce soit – peuvent provoquer de sérieuses troubles, voire directement la mort.

Classe 6.2 : Matières infectieuses qui peuvent contaminer l’homme ou l’animal.

Classe 7 : Matières radioactives qui produisent des rayonnements indétectables, invisibles et nocifs pour l’homme.

Classe 8 : Matières corrosives qui rongent n’importe quelle matière, y compris les chairs par son action chimique.

 

Classe 9 : Matières et objets dangereux pour l’environnement, mais qui ne font pas partie de celles qui sont abordées dans les 12 précédentes classes.

 

 

  • Comment reconnaître le degré de danger ?

Il existe trois types d’emballages permettant de définir le degré de danger de la matière. Si elle est faiblement dangereuse, elle sera catégorisée dans le groupe d’emballage III ; si elle est moyennement dangereuse, elle sera dans le groupe d’emballage II ; et si elle est très dangereuse, elle figurera dans le groupe d’emballage I.

 

Si vous avez besoin de transporter des matières dangereuses, il y a des prestataires de référence qui proposent leurs services dans votre région.