Les réglementations des taxis

Le secteur du transport a connu d’importantes innovations, influencées d’une part par le tourisme, et d’autre part, grâce à l’accroissement du besoin de déplacement dans tous les recoins de la ville. Le taxi fait partie des moyens de transport les plus choisis dans les grandes agglomérations. Ce choix s’explique par la fiabilité et la disponibilité du service. Il n’est pas difficile de trouver un taxi. Il vous suffit de descendre dans la rue et de lever le bras au passage d’un véhicule équipé d’une lanterne lumineuse. Vous pouvez également appeler un taxi chez vous et attendre que le chauffeur sonne à votre porte. Pour assurer la continuité du service et fournir des prestations répondant aux besoins des clients, ce métier est aussi soumis à des réglementations. Cet article vous est destiné si vous souhaitez investir dans ce domaine.

Les conditions à remplir

Les taxis en France sont réglementés par la loi, que ce soit en termes d’obligations ou de tarifs. Pour devenir taximan, la première étape est donc l’obtention d’une autorisation de stationnement (ADS), appelé autrement Licence. Celle-ci peut être obtenue de deux façons :

– Envoyer une demande auprès de la mairie de la commune dans laquelle vous souhaitez exercer l’activité ;

– Acheter la licence d’un autre chauffeur qui a cessé son activité. Notez toutefois que la licence vendue entre particuliers doit être délivrée avant le 1er octobre 2014. Toute licence délivrée après cette date ne peut pas être revendue.

Après l’obtention de la licence, vous aurez besoin de quelques équipements à installer sur le véhicule. Pensez à acheter un taximètre, un terminal de paiement bancaire et une lanterne lumineuse avec la mention « taxi ». Certains établissements proposent la fourniture d’un pack complet pour taxi. C’est le cas de l’entreprise UNITHI située à Aulnay-sous-Bois. Outre la vente d’équipements, elle propose aussi l’installation, l’entretien et le dépannage des appareils. N’hésitez pas à visiter son site internet pour obtenir de plus amples informations.

L’exercice de la profession requiert également d’autres conditions. Le chauffeur doit être titulaire d’un permis de conduire de la catégorie B en cours de validité. Il doit aussi être titulaire du diplôme PSC1 et avoir un casier judiciaire dépourvu de condamnation ayant rapport aux délits routiers. Après la présentation de ces documents, le chauffeur passe l’examen du certificat de capacité professionnelle.

La tarification des courses

La tarification des courses est fixée chaque année avec des plafonds maximum auxquels tous les taxis sont soumis. La fixation du prix revient au ministre chargé de l’économie. Les taximètres vendus dans les établissements agréés sont donc réglés en fonction des décrets ministériels. Les chauffeurs sont dans l’obligation de mettre à jour leurs compteurs en cas de hausse. Ils se réservent toutefois le droit d’ajouter des tarifications additionnelles si le client sollicite des prestations supplémentaires. Le prix d’une prise en charge peut comprendre :

– Le coût minimum couvrant un trajet (ne peut pas être inférieur à 7 €) ;

– Le tarif appliqué par kilomètre parcouru ;

– Le tarif par minute (si le véhicule est immobilisé) ;

– Les suppléments.

Il existe, par ailleurs, de nouvelles options de déplacements permettant de répondre à des demandes spécifiques. C’est le cas des taxis toutes distances. Pour ce dernier, la tarification du trajet ne nécessite pas de taximètres. Les transporteurs sont libres de fixer le prix, mais doivent se soumettre à une convention établie au préalable. Le taxi toutes distances est, en effet, une alternative de la location de véhicule avec chauffeur. Cette formule, souvent proposée dans les agences de voyages, est destinée aux touristes et aux vacanciers. Elle est plus avantageuse si vous envisagez de voyager d’une ville à une autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *