Les camping-car ont-ils besoin d’un contrôle technique ?

Le camping-car est un véhicule destiné aux loisirs. Son habitacle est aménagé de façon à le rendre habitable. Outre ces spécificités, le camping-car est aussi un véhicule motorisé qui peut circuler librement sur les routes. Les pannes mécaniques et les accidents sont donc des incidents inévitables. Comme tous les autres véhicules motorisés, le camping-car doit aussi passer par un contrôle technique régulier. Ne manquez pas la suite de cet article pour en savoir plus sur ces démarches.

Ce qu’il faut savoir sur le contrôle technique

Il existe deux types de camping-car : le camping-car léger dont le poids total autorisé en charge (PTAC) ne dépasse pas les 3,5 tonnes et les camping-cars poids lourds supérieurs à 3,5 tonnes. Les procédures de contrôle technique peuvent varier selon le modèle du véhicule. Les camping-cars légers sont soumis aux mêmes examens que les voitures légères. Les techniciens vérifient tous les éléments de sécurité tels que le freinage, la direction, la visibilité du conducteur, les éclairages, la liaison au sol et les pneus. Les camping-cars poids lourds sont par ailleurs soumis à des législations spécifiques. N’hésitez pas à vous renseigner dans un centre de contrôle technique agréé pour en savoir plus sur les démarches. Vous serez informé sur les étapes du contrôle, les organes à vérifier et les risques de contre-visite.

Quand effectuer le contrôle technique ?

Les camping-cars légers doivent passer par un contrôle technique 4 ans après le premier jour de sa mise en circulation. Cette fréquence se réduit à une fois tous les deux ans après le premier contrôle. Pour les camping-cars poids lourds, le contrôle technique est obligatoire tous les deux ans. La vérification technique des voitures poids lourds (+3,5 tonnes) est plus rigoureuse que celle des véhicules légers. Les techniciens contrôlent différentes fonctions comme : les roues et les essieux, le châssis, les nuisances (sonore, pollution) et l’habitacle (évacuation d’eau, équipements électriques, etc.). Les défaillances considérées comme mineures ne sont pas soumises à une contre-visite. Pour trouver un centre agréé près de chez vous, n’hésitez pas à recenser des contacts dans les pages jaunes ou dans les annuaires. Il faut rappeler que le contrôle technique est obligatoire pour tous véhicules motorisés et qu’il doit être effectué auprès des centres agréés. Pour éviter la soumission à une contre-visite, une révision complète dans un garage de réparation est recommandée. Cette initiative vous permet de gagner du temps, de faciliter les démarches et d’économiser votre budget.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *