Tout ce qu’il faut savoir sur les véhicules sanitaires légers

Les malades qui doivent suivre des séances de radiothérapie, de kinésithérapie ou de contrôle sanitaire doivent se déplacer régulièrement entre l’hôpital et leur domicile. Or, c’est exactement cette autonomie à se déplacer normalement qui leur font défaut. La convention qui relie chaque entreprise avec l’assurance-maladie a donc mis en place un recouvrement sanitaire qui permet de transporter gratuitement les personnes assurées vers les hôpitaux et les centres de soins. Il s’agit du service des VSL. Ne manquez pas la suite de cet article pour mieux comprendre les principes et les modalités de ce service.

Les essentiels à comprendre

Un véhicule sanitaire léger, comme le terme l’indique, est une voiture légère destinée à transporter des personnes assurées. Les malades peuvent recourir à ce service pour rejoindre l’établissement de soins à partir de leurs domiciles ou de l’aéroport et inversement. Le véhicule est mis à leur disposition selon les horaires des contrôles (ou de séances de rééducation). L’habitacle est régulièrement désinfecté et équipé de tout le matériel de sécurité nécessaire. Le confort et le bien-être des personnes transportées sont également des conditions respectées. Notez toutefois que la mise à disposition du véhicule et réglementée par des conditions assez strictes. Vous devrez savoir que la voiture et son chauffeur ne peuvent pas être immobilisés plus de quinze minutes. Les périmètres d’intervention du VSL sont également limités. En dehors de la zone, les VSL ne peuvent pas intervenir. Pour un transfert médical à longue distance, mieux vaut donc choisir une ambulance. Quel que soit le moyen de transport choisi, le remboursement de la totalité ou d’une part des frais de transport est toujours valide tant que la personne est assurée.

Pourquoi choisir le transport en VSL ?

Les frais de transport des VSL sont à la charge de la caisse de l’assurance-maladie. Cette avantage concerne les transports conventionnés. Pour les travailleurs indépendants, le tarif de la prestation est relativement bas par rapport à ceux des personnes non-assurées. La compagnie d’assurances rembourse 35 % ou 40 % des frais selon l’état du malade et/ou des conventions contractuelles. Côté accompagnement, la prise en charge à bord du VSL est irréprochable. Le véhicule est spacieux, confortable et équipé de matériel médical. De nombreux VSL sont équipés de plateformes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Le chauffeur n’hésitera pas à aider les personnes âgées et les handicapés dans leurs déplacements. Choisir un VSL, c’est opter pour une solution économique en matière de transport.

3 réflexions sur “Tout ce qu’il faut savoir sur les véhicules sanitaires légers

  1. malheureusement, les VSL sont certifiés comme les taxis actuellement, les normes ne sont plus respectées rigoureusement et ce sont les usagers qui en paient le prix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *